Grippe : stoppez-la en 24h avec les huiles essentielles !

L’épidémie de grippe est particulièrement forte cette année. Les urgences sont saturées, faisant face à l’afflux de malades. Que faire face à l’arrivée des premiers symptômes ? Nous vous proposons un traitement naturel de choc, formulé par l’aromathérapeute Aude Maillard, qui met en œuvre la puissance des huiles essentielles. Par voie cutanée, celles-ci déploient leurs propriétés antivirales, immunomodulantes, tonifiantes, antalgiques et anti-inflammatoires.

Le virus de la grippe, de la famille influenza, est très instable. D’où une capacité remarquable à s’adapter à son hôte pour le « dominer ».

Via : docteurclic

Lorsqu’il gagne du terrain dans l’organisme, les symptômes de la grippe sont souvent foudroyants et prennent de court le malade. On observe alors une altération rapide de l’état général et l’apparition de frissons, une fièvre pouvant grimper très vite, une fatigue extrême nécessitant l’arrêt de toute activité, des courbatures diffuses dans l’ensemble des muscles, des douleurs articulaires, une toux, parfois des éternuements et des maux de tête.

D’un point de vue naturopathique, ce tableau indique que le corps se trouve dans un état de profond déséquilibre et en surchauffe générale dans tous ses émonctoires: les poumons et les voies respiratoires s’enflamment au fur et à mesure des réplications virales, les mucosités et la toux sont le signe d’un grand nettoyage pour décrocher le virus. La peau est brûlante et transpirante. Les vaisseaux et les ganglions lymphatiques ont du mal à évacuer les toxines, les articulations et les muscles ont raides, douloureux et chauds. La température corporelle grimpe pour dilater et ouvrir tous les émonctoires de l’organisme, mais aussi pour brûler tous les agents pathogènes. Un flot de toxines, d’origine virale, mais provenant aussi du corps lui-même, est mis en circulation avant d’être évacué par la transpiration et des urines foncées. Au bout du compte, c’est l’alitement, le repos et le jeûne qui permettront l’amélioration, grâce au réveil des forces d’autoguérison.

À noter par ailleurs que le pic d’épidémie grippale se produit très souvent fin janvier, environ un mois après les excès alimentaires de Noël, comme un moyen radical de se débarrasser de l’inutile. Un traitement naturel de choc Dans cet état d’urgence, chaque minute compte pour neutraliser l’ennemi. L’aromathérapie est d’une efficacité inégalée pour accélérer la temporalité et contrecarrer le virus, à condition de se montrer réactif, audacieux et à l’écoute.

Précocité d’intervention, doses massives et répétées sont nécessaires. Même si les huiles essentielles font peur en raison de leur puissance, dans ce contexte d’infection et de choc immunitaire, il ne faudra pourtant pas hésiter à « dégainer » l’artillerie aromatique, pour « palper » le retour des forces d’autoguérison, quasiment minute par minute.

Le premier conseil est de réagir le plus vite possible dès l’apparition des premiers symptômes, quitte à se tromper sur le sujet. Le bénéfice sera de toute façon un coup de fouet immunitaire.

Le deuxième conseil est d’utiliser les huiles essentielles à des doses massives par voie cutanée, comme un embaumement. Bien sûr, on ne parle ici que de certaines huiles essentielles, utilisables de cette manière car dépourvues de toxicité intrinsèque.

 

 

Indications :

Infections grippales, infections hivernales apparentées à la grippe (rhumes et catarrhes), bronchites et pneumopathies, ou tout simplement baisse immunitaire passagère.

Huiles essentielles :

10 ml huile arbre de thé  :

Via : chagrinvalleysoapandsalve

10ml Ravintsara :

Via : dev.prophessence

10ml Gingembre  :

Via : css

Préparation :

Prendre un flacon vide en verre teinté de 30 ml muni d’un compte-gouttes capillaire, y verser les huiles essentielles selon les quantités indiquées, refermer et agiter.

Utilisation :

Voie cutanée.

Dose d’embaumement 5 à 10 ml selon la corpulence de l’individu (seulement 3 ml chez l’enfant de 7 à 12 ans) à faire pénétrer en une fois en massant énergiquement sur l’ensemble du dos et du thorax.

Dose de maintien 30 gouttes (seulement 15 chez l’enfant à partir de 7 ans) à appliquer toutes les 30 minutes en changeant de site d’application à chaque fois : sur le thorax, le dos, l’intérieur des bras, sous les pieds, derrière les genoux.

Espacer au bout de 4 à 6 heures selon la vitesse d’amélioration.

Si les symptômes persistent le lendemain, renouveler le même protocole (dose d’embaumement et dose de maintien).

Contre-indications : Enfants de moins de 7 ans, femmes enceintes et allaitantes. Précautions d’emploi :

Prudence sur les peaux atopiques, eczémateuses, ou allergiques, privilégier l’application sur la face plantaire.